« J'ai perdu mon corps », remarquable conte animé pour adultes sur l'identité, récompensé à Cannes et à Annecy

Mis à jour le 13/11/2019 à 14H55, publié le 05/11/2019 à 17H54
à partir de la cinquièmeGenres : Animation, Fantastique
« J'ai perdu mon corps », remarquable conte animé pour adultes sur l'identité, récompensé à Cannes et à Annecy

© Rezo Films

Image contenuSortie : 6 novembre 2019

 

Le premier film d’animation de Jérémy Clapin sort des sentiers battus, par sa beauté, son propos et sa poésie.

Adapté du roman éponyme de Guillaume Laurant, J'ai perdu mon corps fait l’unanimité de la critique et du public en remportant le Grand prix de la Semaine de la critique à Cannes, ainsi que le Grand prix et le Prix du public au Festival international du film d’animation d’Annecy. De belles récompenses qui saluent le talent de Jérémy Clapin et de son équipe à la réalisation, mais aussi l’audace d’un film hors du commun qui sort dans les salles le 6 novembre.

La bête aux cinq doigts

Une main coupée s’échappe d’un laboratoire. Elle entreprend un périple à travers Paris, à la recherche du corps dont elle a été séparée. En parallèle Naoufel, qui sort de l’adolescence, vit chez son oncle depuis la mort de ses parents. Livreur de pizzas, il tombe amoureux d’une de ses clientes, Gabrielle, et décroche un travail de menuisier chez son oncle pour la retrouver. Souvenirs de Naoufel, cavale de la main à travers la ville, et trouble de Gabrielle, s’emmêlent pour tisser une histoire commune.

Le thème de la main coupée toujours vivante est un classique du fantastique. On la retrouve dans Les Mains d’Orlac, roman de Maurice Renard quatre fois adapté au cinéma, La Bête aux cinq doigts de Robert Florey en 1945, ou encore comme membre de La Famille Addams de Chas Addams, aux multiples versions télévisées et filmées. Son avatar, dans J’ai perdu mon corps, laisse de côté l’horreur au profit d’un sens plus métaphorique, la quête d’identité.

Réalisme poétique

La main est en effet un symbole identitaire fort, plus que tout autre organe physique, y compris les yeux. Elle est marquée de signes facilement identifiables absolument uniques à chaque individu, comme les lignes de la paume ou les empreintes digitales. Elle est aussi le membre par lequel les devins et devineresses décryptent la personnalité, le passé et l’avenir de leurs consultants. Cette main qui cherche son corps dans le film, répond à l'appel de Naoufel qui se cherche. Il se trouvera en découvrant l’amour, quand sa main sera revenue vers lui.

L’auteur du roman, Guillaume Laurant, a contribué à l’adaptation avec le réalisateur Jérémy Clapin. Ils sont parvenus à une écriture très élaborée, où se mélangent passé, présent et fantasmagorie dans une projection visuelle très graphique et épurée. Les scènes retraçant le périple de la main à travers Paris et tous ses dangers sont remarquables, le film privilégiant l’image sur la parole. Véritable odyssée sentimentale et physique, J’ai perdu mon corps évoque le réalisme poétique de Carné et Prévert. Une très belle réussite de l’animation française. 

Jacky Bornet


J'ai perdu mon corps 

Genre : Animation / Fantastique. Pays : France. Distributeur : Rezo Films. Réalisateur : Jérémy Clapin. Avec (voix) Hakim Faris, Victoire Du Bois, Patrick d'Assumçao. Durée : 1h21.

 

Pour aller plus loin

Le dossier pédagogique de canopé 

 


Votre avis